Comment rénover un vieux parquet sans poncer ?

Votre parquet est soumis à rude épreuve à cause des nombreux passages, de la poussière et des tâches qui le privent de sa brillance initiale. Que vous souhaitiez raviver votre revêtement ou effectuer des travaux de rénovation plus importants sur un vieux parquet, la méthode la plus courante et la plus efficace est le ponçage. En effet, cette technique enlève une partie de la couche d’usure des lames et permet de remettre en état l’ensemble de votre sol. Néanmoins, vous pouvez constater un défaut localisé, ne pas vouloir faire appel à un professionnel, ou bien encore posséder un parquet dont la couche d’usure est trop fine ou du stratifié. Analysons dans cet article les possibilités qui s’offrent à vous pour nettoyer, maintenir et rénover un vieux parquet sans poncer et sans avoir besoin de le remplacer.

 

Reconnaître le type et la finition de son parquet

 

Tout d’abord, la rénovation de votre parquet dépend de sa fabrication et de sa composition. Il existe des parquets en bois et des revêtements en matériau composite qui l’imitent. Leur finition et leur montage diffèrent également. Comment les reconnaître ?

 

Les types de parquets

 

Les fabricants proposent plusieurs compositions de parquets :

  • Le parquet massif

Il est formé d’une seule et même pièce. Très authentique, il se dilate et se comprime toutefois en fonction de la température.

  • Le parquet contrecollé ou multiplis

Constitué habituellement de trois couches de bois de différentes essences, on le choisit pour sa plus grande stabilité et pour sa faible épaisseur.

 

Quel que soit le type de lame, chacune dispose d’une couche d’usure plus ou moins épaisse en surface. C’est la partie prévue pour être poncée en vue d’une rénovation.

 

Il est toutefois difficile de les reconnaître une fois posés. Pour savoir si votre parquet est en bois massif ou contrecollé, il faut demander aux anciens propriétaires ou vérifier les chutes restantes. Vous pouvez également faire appel à un professionnel.

 

Les poses des parquets

 

Plusieurs montages existent pour le parquet :

  • La pose clouée, destinée aux parquets très épais, à partir de 20 mm. Technique traditionnelle 
  • Le collage, technique la plus répandue.Technique  “moderne”
  • La pose flottante. Le parquet contrecollé est simplement disposé au sol. Les lames sont clipsées entre elles ou collées au niveau de la languette dans la rainure.

 

Les finitions des parquets

 

Ensuite, les parquets en bois diffèrent par leur finition : 

  • Vitrifiée 

2 ou  3 couches de vitrificateur  sont déposées sur la surface du bois. Le nettoyage est facile et elle peut résister une quinzaine d’années. Toutefois, les rayures sont plus visibles. Il peut être mat ou brillant, teinté ou non

Vous savez qu’un parquet est vitrifié quand l’eau perle sur celui-ci.

  • Huilée 

L’huile pénètre dans le bois et le protège de l’intérieur. Vous distinguez un parquet huilé en le touchant. Il n’est en effet pas lisse comme le vernis : vous sentez les irrégularités du bois.

  • Cirée 

On l’utilise uniquement pour les parquets massifs. Ici aussi, la cire est absorbée par le bois et le protège tout en se patinant avec le temps. Un parquet ciré doit être lustré toutes les semaines. Vous le reconnaissez tout de suite par son odeur caractéristique.

  • Vernis

Il a le même aspect que la vitrification, mais n’a pas de durcisseur dans sa composition. il est de moins en moins utilisé.

 

Le cas du parquet stratifié

 

L’appellation “parquet stratifié” est en réalité un abus de langage. En effet, un parquet se définit par un assemblage de lames en bois. Or le stratifié, quant à lui, se caractérise par une superposition de couches de matériaux. En règle générale, les strates sont les suivantes : 

  • un contre-balancement inférieur en résine pour la stabilité au sol ;
  • du bois aggloméré compressé pour la solidité ;
  • du papier décoratif pour l’esthétique ;
  • de la résine pour la résistance aux rayures.

 

Pour faire la différence entre un parquet en bois et un sol stratifié, on peut essayer de repérer les motifs qui se répètent.

 

Contrairement au parquet, le sol stratifié n’est pas doté d’une couche d’usure. C’est pourquoi il n’est pas possible de le rénover par le biais du ponçage. 

 

Entretenir son parquet 

 

Avant même d’intervenir sur votre installation, il est bon de savoir comment s’épargner la remise à neuf de son parquet et assurer son entretien après une rénovation complète.

 

Laver son parquet

 

L’entretien du parquet passe d’abord par le fait de bien le nettoyer au quotidien. Commencez par le dépoussiérer avec un balai ou un aspirateur avec un embout doux pour le préserver des rayures. 


  • Parquet huilé

Un parquet huilé peut être entretenu avec une serpillière préalablement imprégnée d’un mélange d’eau et de savon noir.

  • Parquet vitrifié

S’il s’agit d’un parquet vitrifié, vous pouvez le laver à l’aide d’une serpillière trempée dans de l’eau et du produit vaisselle puis essorée. 

  • Parquet ciré

Au contraire, si votre parquet est ciré, n’utilisez pas d’eau. En effet, cette dernière le tache et le détériore. Vous pouvez néanmoins passer une serpillière tout juste humide.

  • Sol stratifié

Le nettoyage au quotidien ne présente pas de particularité : un balai microfibre et du vinaigre font par exemple parfaitement l’affaire.

 

Maintenir son parquet dans le temps

 

Il est nécessaire de mettre de l’encaustique sur son parquet ciré tous les 6 mois afin de raviver son éclat. Pour cela, vous n’avez pas d’autre choix que de le poncer au préalable. Il n’y a pas d’autres moyens pour conserver la beauté de ce type de sol.

 

Quant aux parquets vitrifiés, il est recommandé d’appliquer un rénovateur spécifique tous les ans.

 

Pour les parquets huilés, procédez à un rehuilage annuel.

 

Enlever des taches coriaces

 

Pour rénover un parquet vitrifié sans poncer, il faut parfois simplement enlever les tâches. Un chiffon doux humide avec du vinaigre suffit généralement à supprimer les salissures des parquets vitrifiés. Sinon, essayez avec du polish en essuyant avec un chiffon doux après un repos de 24 heures.

 

Pour le parquet ciré, vous ne pourrez encore une fois pas vous passer de l’étape du ponçage. Ce n’est qu’une fois cette opération effectuée dans la zone en question que la tache disparaîtra et que vous pourrez remettre de la cire. Il est possible de faire de même avec un parquet huilé, c’est-à-dire en ponçant et en redéposant de l’huile, si la tache ne part pas avec un chiffon humecté d’eau et de liquide vaisselle.

 

Rénover son parquet sans poncer

 

Quelle que soit la réparation à effectuer, n’oubliez pas de bien préparer la zone de travail :

  • enlever le mobilier et les tapis ;
  • protéger les plinthes au besoin ;
  • dépoussiérez.

 

Reboucher les trous

 

Pour réparer une fissure ou remplir des trous, nous vous conseillons l’application de pâte à bois ou de mastic spécifique.

  • La pâte à bois peut être utilisée telle quelle, mais le mastic doit d’abord être mélangé à de la résine et à un durcisseur généralement fournis avec le produit ;
  • Bouchez les trous à l’aide d’une spatule ;
  • Laissez sécher.

 

Estomper les rayures

 

Si la rayure s’avère assez importante, procédez comme ci-dessus. Dans le cas contraire et pour un parquet vitrifié, passez un morceau de chiffon imbibé d’alcool et de dissolvant à l’endroit de la rayure.

 

Combler les interstices

 

Les vieux planchers en bois bougent souvent avec le temps et il arrive que des espaces importants se forment entre les lames de parquet. Si le jour est étroit, de l’ordre de 5 à 7 mm, le mastic suffit. Au-delà, servez-vous de flipots. Il s’agit de bandes de bois découpées à choisir dans la même teinte que le reste du parquet.

  1. Brossez et enlevez la poussière des fentes ;
  2. Introduisez de la colle vinylique dans le creux ;
  3. Insérez le flipot avec l’aide d’un maillet ;
  4. Enlevez la colle surabondante ;
  5. Rabotez la cale.

 

Utiliser une peinture ou une finition spéciale rénovation 

 

Une technique pour faciliter la rénovation de votre parquet consiste à appliquer un produit de finition spécifique qui convient à tous les parquets : le vitrificateur spécial rénovation. En plusieurs couches, vous masquez les rayures et imperfections tout en solidifiant votre parquet. En somme, cela vous permet de vitrifier, sans avoir besoin de le décaper, un parquet sans poncer.

 

De même, pour cacher les défauts, vous pouvez choisir de changer complètement la physionomie de votre parquet en le peignant avec une peinture spécifique colorée. 

 

Dans le cas d’un revêtement stratifié, les fabricants proposent également des produits de rénovation et de protection à appliquer en surface. 

 

Cependant, pour préserver son caractère noble, nous vous recommandons de ne pas rénover un parquet ancien sans poncer. Vous risquez de perdre tout le cachet de votre appartement ou de votre bâtisse.

 

À quel professionnel demander de l’aide ?

 

Les parqueteurs sont à même de vous conseiller sur les techniques pour rénover un vieux parquet sans poncer. Ils vous préconiseront certainement de poncer votre parquet ancien, car c’est le moyen le plus efficace et qui donne le meilleur rendu. Si l’opération vous semble trop fastidieuse, vous pouvez leur demander de procéder à la rénovation. Si cette dernière s’inscrit dans un projet plus global, vous avez aussi la possibilité de vous tourner vers une entreprise TCE (Tous Corps d’État). Cette démarche vous évitera de sélectionner vous-mêmes vos artisans. De plus, vous êtes sûr d’obtenir un résultat haut de gamme de manière efficace. C’est ce que propose LCI, Les Compagnons des Investisseurs, en mettant à votre disposition des spécialistes de la conception architecturale jusqu’à l’exécution technique. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Partagez ce conseil
Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Autres conseils en rénovations

En quoi consiste le label bâtiment biosourcé ?
L’extraction, la transformation, l’utilisation et la fin de vie des matériaux de construction ont un impact important sur l’environnement. Il faut ainsi changer les habitudes afin de répondre aux enjeux écologiques de notre siècle. C’est dans cette optique que le label Bâtiment biosourcé.
En quoi consiste la certification Qualibat ?
Le label Qualibat est très courant et visible au quotidien. Il est fréquemment apposé sur la devanture des établissements, les plaquettes d’informations ou bien encore les véhicules des plus de 70 000 artisans et sociétés du secteur du bâtiment qui l’ont obtenu.

Nos rénovations

PROJET SARAH
Modernisation d’un T3 dans une copropriété de charme
PROJET WILLIAM
Rénovation complète d’un pavillon