Comment faire une cloison en placo ?

Monter une cloison en placo est la solution idéale dans de nombreuses situations. Tout d’abord, elle permet de redéfinir l’espace et de créer de nouvelles pièces. De plus, son coût reste abordable et le matériel s’acquiert facilement. Ajoutons encore qu’il existe un choix considérable de plaques qui offrent une isolation thermique et/ou acoustique, une résistance au feu ou à l’humidité, voire qui purifient l’air intérieur. Si vous souhaitez vous-mêmes faire une cloison en placo, il faudra avoir réfléchi en amont sur l’installation, vous munir des bons outils et enfin suivre minutieusement toutes les étapes. Poser une cloison placo semble facile au premier abord, mais un résultat vraiment net, propre et à la hauteur de vos attentes demande une attention particulière.

 

Le matériel pour faire un mur en placo

 

Avant de s’intéresser au montage des cloisons sèches en elles-mêmes, penchons-nous en premier lieu sur le matériel dont vous avez besoin ainsi que sur la préparation de l’ouvrage.

 

Les différents types de placos

 

À chaque pièce et à chaque usage son type de plaque de plâtre, qu’on appelle habituellement placo. 

  • standard,
  • placo hydrofuge, c’est-à-dire qui préserve de l’eau et de l’humidité,
  • ignifugé, autrement dit qui résiste au feu,
  • phonique, qui isole du bruit,
  • assainissant, qui purifie l’air intérieur,
  • doublement isolé thermiquement,
  • conçu pour supporter de lourdes charges,
  • etc.

 

Les bords des plaques diffèrent aussi. Elles ont un impact sur la manière d’assembler les plaques et sur le rendu final.

  • Les bords amincis (BA) garantissent une bonne planéité et nécessitent des bandes à joints, ou calicots.
  • Les plaques sans bandes (SB) se jointent seulement à l’enduit, ce qui requiert une plus grande technicité.
  • Les plaques à bords droits (BD) créent une surépaisseur du fait que les plaques ne sont jamais tout à fait raccord. C’est pourquoi nous les utilisons uniquement avec un revêtement complet.

 

Au choix de la nature de placo s’ajoute aussi celui de sa dimension. 13 mm d’épaisseur (BA13), est le plus courant. Mais nous pouvons nous procurer du 6 mm ou à l’opposé, du 25 mm.

 

Notez qu’il est également possible de monter une cloison en placo alvéolaire. Ce dernier est composé de carton en nid d’abeille qui le rend très léger et facile à installer. Toutefois, ses qualités en ce qui concerne l’isolation s’en trouvent amoindries.

 

Le montage par ossature métallique

 

Pour des cloisons, des doublages ou des plafonds, le plus répandu et le plus pratique est le montage à l’aide d’une ossature métallique que nous trouvons aussi sous l’appellation Placostil. Les plaques sont insérées dans des montants verticaux et sur des rails horizontaux. La largeur des rails est en général de 48 cm, ce qui correspond bien entendu à la largeur des plaques. Veillez à bien les mettre en conformité.

 

L’isolation entre les plaques

 

Lors de la création d’une cloison, il est conseillé de renforcer l’isolation thermique et phonique en ajoutant de la laine de verre au sein de la structure métallique. Pour les cloisons en BA13, nous isolons ordinairement avec de la laine de verre de 48 mm d’épaisseur. 

 

Les points d’attention

 

Prévoyez à l’avance les trouées que vous souhaitez réaliser comme des portes, des passe-plats ou des verrières. Ceci vous évitera le travail supplémentaire et délicat qui consiste à faire une ouverture dans une cloison en placo.

 

De plus, vérifiez la nature de votre plafond. De cette donnée dépend la sélection des vis pour fixer les rails supérieurs de l’armature métallique.

 

Les 5 étapes pour monter une cloison en placo 

 

Nous vous présentons ici les différentes phases pour poser une cloison en placo. Il s’agit d’une cloison distributive standard avec du placo BA13 et une ossature métallique.

 

N’oubliez pas de vous équiper d’un masque anti-poussière et de gants de protection ainsi que de vous faire aider tout au long de l’opération.

 

Enfin, suivez bien les instructions de chaque produit et informez-vous auprès du fabricant ou du vendeur en cas de doute.

 

Fixez les rails et les montants


Matériel : 

  • Rails
  • Montants
  • Crayon
  • Règle
  • Niveau
  • Cisaille ou grignoteuse
  • Perforateur
  • Foret à béton
  • Chevilles
  • Marteau
  • Mètre
  • Visseuse
  • Vis
  • Pince à sertir


Facultatif : 

  • Équerre
  • Fil à plomb
  • Cordeau à poudre
  • Bande résiliente
  • Placez les rails au sol

Posez les rails et tracez au crayon l’endroit où ils seront ensuite positionnés.

S’il y a un retour, servez-vous d’une équerre pour marquer l’emplacement de celui-ci.

Faites également un repère sur le mur à l’aide d’une règle et d’un niveau à bulle ou d’un fil à plomb et d’un niveau laser.

Pour le plafond, vous pouvez procéder comme ci-dessus ou bien employer un cordeau pour plus de facilité.


Avant de fixer le rail, vous pouvez coller une bande résiliente sur le sol et le plafond, ce qui permet une meilleure isolation phonique et acoustique.


Si le rail a besoin d’être coupé, munissez-vous d’une cisaille ou d’une grignoteuse.


Percez les rails et le sol à l’emplacement prévu avec un perforateur doté d’un foret à béton. En règle générale, nous utilisons un diamètre de 5 ou de 6 mm.

Frappez ensuite la cheville.

Procédez de la même manière tous les 60 cm environ, comme l’impose le DTU 25.41, c’est-à-dire le document précisant les normes pour la bonne exécution des ouvrages en plaques de plâtre.


  • Fixez les montants verticaux au mur

Mesurez la hauteur du mur avec un mètre et ôtez 1,5 cm de cette longueur pour prendre en compte l’épaisseur des rails. 

Coupez les montants à cette dimension en faisant attention à ce que les lumières de passage présentes sur les montants soient au niveau des éventuels câbles.


Vissez-les au mur.


  • Posez les rails du plafond

Placez les rails au-dessus du montant en l’encastrant et vissez.


  • Disposez les montants d’ossature

Encastrez les montants verticaux de l’armature dans les rails tous les 60 cm. Vérifiez l’aplomb avec un niveau.

Avec une pince à sertir, joignez chaque montant aux rails.


Vous pouvez noter au crayon sur le sol l’emplacement des montants pour vous repérer lors de l’étape du vissage des plaques.

Posez les plaques de plâtre de la première face


Matériel :

  • Plaques de plâtre
  • Cales en bois ou cale plaque à levier
  • Mètre
  • Règle de maçon
  • Cutter
  • Râpe
  • Visseuse
  • Embout de visseuse

Facultatif :

  • Scie plâtre
  • Coupez les plaques

Avant toute chose, notez que vous devez obligatoirement laisser un espace d’1 cm entre les plaques de plâtre et le sol pour éviter les remontées d’humidité. Pour cela, vous pouvez vous servir d’un cale plaque à levier ou tout simplement de cales en bois.


Il vous faudra probablement couper les plaques pour qu’elles soient à la bonne hauteur ou largeur.


À cet égard, mesurez la dimension adéquate, posez votre plaque sur le sol et découpez-la avec un cutter ou une scie plâtre du côté extérieur. Mettez-la ensuite sur le flanc et tirez le morceau à supprimer du côté du carton. Elle casse net. Puis taillez la partie cartonnée avec le cutter pour détacher le tronçon définitivement. Râpez enfin pour une finition propre.


  • Installez les plaques

Posez la plaque sur la ou les cales et placez-la bien contre l’ossature métallique et contre le plafond.


Vissez la plaque sur les montants à l’aide d’une visseuse à embout de vissage pour plaque de plâtre.


Continuez avec chacune de vos plaques et insérez les câbles électriques s’il y en a.

Posez les plaques de plâtre de la seconde face


Matériel :

  • Isolant
  • Couteau pour isolant
  • Le même matériel que ci-dessus
  • Mettez en place l’isolant

Prenez la mesure du sol au plafond en ajoutant un centimètre et coupez la laine de verre avec un couteau. Rentrez l’isolant entre les rails et les montants verticaux de chaque segment de la cloison.


  • Installez les plaques

Procédez de la même manière que lors de la pose de la première face.

Enduisez


Matériel :

  • Mastic acrylique
  • Pistolet extrudeur
  • Couteau à enduire
  • Platoir inox
  • Enduit 
  • Bandes à joints
  • Papier à poncer
  • Balayette 
  • Le sol et le plafond

Au niveau du sol où vous avez laissé un espace de 1 cm, remplissez ce dernier avec un mastic acrylique. Passez avec votre doigt pour lisser.


Procédez de même en surface entre les plaques et le plafond.


  • Les vis

Enduisez les vis pour les cacher à l’aide d’un couteau à enduire. Laissez sécher 24h et ajoutez une autre couche. Laissez à nouveau sécher.


Poncez avec un papier abrasif grain 120 et enlevez les résidus avec une balayette.


  • La jointure entre les plaques

Remplissez avec de l’enduit l’espace entre les bords amincis des plaques en commençant par le haut, d’un long mouvement de haut en bas. Puis exécutez le même geste, mais de bas en haut cette fois pour la partie inférieure.


Avec le bord de votre couteau à enduire, tracez un trait à l’endroit de la jointure sur toute la longueur.


Trempez une bande à joint dans l’eau selon la notice du produit. Installez-la ensuite tout le long de la marque précédente, puis repassez le couteau à enduire pour qu’elle reste bien maintenue. Dans le cas d’un angle, pliez la bande avec votre couteau. Laissez sécher 24h.


Enduisez à nouveau au moyen d’un platoir et lissez sur les côtés.


Poncez et dépoussiérez comme indiqué ci-dessus.

Préparez le futur revêtement


Matériel : 

  • Peinture d’apprêt

Avant de peindre, poser du papier peint ou du carrelage, nous vous conseillons d’appliquer de l’apprêt afin que la surface soit uniforme et que le revêtement accroche suffisamment.

 

Nous le voyons bien, monter un mur en placo demande une préparation minutieuse dans le choix du matériel et des outils, mais aussi une méticulosité tout au long de l’installation. Si cet ouvrage s’inscrit dans le cadre d’un projet de rénovation, vous pouvez, pour plus de facilité et de sérénité, confier votre ouvrage à un plaquiste ou l’ensemble de vos travaux à une entreprise tous corps d’état. LCI, par exemple, propose ses services dans le domaine de la rénovation haut de gamme clé en main de la conception architecturale aux aspects techniques. Contactez-nous pour plus d’informations.

Partagez ce conseil
Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Autres conseils en rénovations

En quoi consiste le label bâtiment biosourcé ?
L’extraction, la transformation, l’utilisation et la fin de vie des matériaux de construction ont un impact important sur l’environnement. Il faut ainsi changer les habitudes afin de répondre aux enjeux écologiques de notre siècle. C’est dans cette optique que le label Bâtiment biosourcé.
En quoi consiste la certification Qualibat ?
Le label Qualibat est très courant et visible au quotidien. Il est fréquemment apposé sur la devanture des établissements, les plaquettes d’informations ou bien encore les véhicules des plus de 70 000 artisans et sociétés du secteur du bâtiment qui l’ont obtenu.

Nos rénovations

PROJET SARAH
Modernisation d’un T3 dans une copropriété de charme
PROJET WILLIAM
Rénovation complète d’un pavillon